Un jour, en observant des ombres sur un mur, je me suis aperçu qu'il n'était pas nécessaire qu'une forme ressemble à un visage pour qu'on en reconnaisse un. Je me suis aperçu qu'on pouvait voir des visages un peu partout à partir du moment où l'on y reconnaissait un regard.

J'ai alors eu l'idée de griffonner rapidement des portraits sans souci de morphologie humaine, ni même animale. Dans les premiers, j'ai jugé bon de dessiner des yeux, et aussi ce qui pouvait tenir lieu de bouche, et j'ai vite vu que ce n'étais pas nécessaire.

 

Visages

Douze portraits au feutre sur papier machine ou recyclé, formats A4 et US.